ROADTRIP 2022

Bienvenue sur la RGA* selon HomeRiders ! Comme d’hab : bière, chips, lecture !

Vendredi, le trio!

La veille, Fireman annonce que la Triumph, fraîchement réparée d’une tentative d’incendie (défaut de charge) n’est pas vraiment réparée… Obligé au denier moment négocier dignement la moto de madame pour partir sereinement. Ceci entraînant un retard d’une heure sur le rdv du départ.

Nous décalons à 15h le rdv à la pompe du sud de Paris.

G1tox arrive à l’heure, indique sa présence par whatsapp et fait le plein. Remi et Fireman sont bien arrivés ! À la mauvaise pompe… On se synchronise et on décolle. Le ciel est menaçant mais reste clément (ah!).
On enquille l’autoroute et on se divertit des automobilistes. Conducteur qui bouffe, pare-brise défoncé et on en passe.
Arrivés à Avallon, on sort et on fait le plein. On s’était préparé une petite trace pour traverser le Morvan et rejoindre, avec plaisir, le camping.
G1tox ouvre la trace, sans expérience dans le domaine. Se basant pas mal sur la tablette pour les virages, il couac et manque de se sortir dans l’herbe en rattrapant cela in extremis.
Une route bloquée nous rallongera la trace.
Entre horaire d’accueil du camping et fermeture du supermarché on se magne le cul et on se scinde en 2 groupes pour accomplir les missions.
On se retrouve pour la première soirée qui annonce l’entame de ce gros roadtrip!

La Danseuse (nouvellement surnommé le Cuistot) sort du boulot 2 heures en avance, fièrement équipé de ses housses de pluie pour sac à dos (idéalement installé sur les sacoches cavalières) se rend compte d’une chose, les housses sont étanches, c’est à dire que l’eau qui y est rentrée n’en ressortira plus… Idéal pour réhydrater les repas lyophilisés de décathlon.
Heureusement il a arrêté de pleuvoir depuis un moment il devrait donc faire le voyage au sec.
C’est parti pour 2h d’autoroute (LE KIFF!)
Arrivé a proximité du Morvan le Cuistot se rend compte sur son GPS une sortie vers les petites routes annoncé « temps équivalent » que les 60 bornes de routes rectiligne qu’il lui reste à faire.
Allez on sort, on pense à la planète et à la conso de carburant d’une moto lancé à 140Km/h. Les virolos commencent à pointer le bout de leur nez, il commence donc à s’amuser.
Soudain un appel ! C’est G1tox:
– Salut la trompette tu en es où ?
– Ah bah je suis à 5 minutes du camping
– Parfait !

La Danseuse (zut, le Cuistot) arrive au camping, manque de se retrouver par terre à cause d’une ornière dans l’herbe. Le RT commence bien !

Apéro, bière, bouffe dans la popote, bière et au lit demain on récupère le PingouiN !

Samedi matin, autoroute en direction du PingouiN (et de sa coloc) qui a préparé une SUCCULENTE salade de pâtes accompagnée de son coquelet du marché. Départ très tardif. On fait un peu de offroad pour rejoindre une variante de la RGA entre Cluses et Le Reposoir, Col de la Colombière, Col de Saint Jean de Sixt, Col des Aravis, Col des Saisies on fait les courses à Beaufort. Col de Méraillet, puis on tente de trouver un spot de bivouac au Lac de la Gittaz, gros offroad, la CB1000R et la 765 n’apprécient pas spécialement (l’ER6 et la FZS peut être pas non plus mais leurs conducteurs respectifs si)… On tente un spot ;

l’ER6 et la FZS se retrouvent embourbées une fois qu’on a décidé qu’il n’était pas viable. Finalement on part bivouaquer au Lac de Roseland, daorffo (offroad à l’envers), on trouve un spot, on prend le chemin en cailloux (offroad quoi), on se pose, on monte les tentes, apéro, risotto au chorizo à la popote, dodo.

Dimanche on se lève tôt, départ pas trop tôt, on manque d’écraser une marmotte dans la descente du Cormet de Roseland. Arrivés à BSM, pause courses, plein, café. Le Col de l’Iseran étant fermé (confirmé infranchissable par des locaux) on adapte le tracé, on passe par le Col de la Madeleine puis rejoignons la RGA à Saint Michel de Maurienne. Pause déjeuner rapide au Col du Télégraphe, on n’est pas vraiment en avance sur le planning. On check les campings et la météo, dormir à Guillestre semble une bonne idée. On monte le Col du Galibier, on passe par le tunnel à cause de la neige et on se fait harceler par les paparazzis du bord de route. Suit le Col du Lautaret puis le Col d’Izoard et ses paysages lunaires, Col de la Platière, Col de l’Ange Gardien avant d’arriver dans le Queyras. Nous longeons le Guil et arrivons finalement au camping de Guillestre (avec piscine fermée).

Douche, apéro, « risotto » de coquillettes à la popote. Réflexions sur la suite du RT, orage qui passe à 100 mètres… Est ce qu’on essaye d’arranger le dernier lascar ? Est-ce qu’on va se prendre des grosses averses ? On cherche des chambres d’hôtes, hors de prix, des gîtes-airbihainebi, dans les tarifs raisonnables les commentaires des clients précédents ne sont pas engageants, en parallèle on réétudie à chaque fois les tracés possibles… Bref on pensait se coucher tôt mais on a finalement trouvé un gîte dans un camping, pas très loin de la trace, réservé à 23h04.

Le lundi au soleil, c’est une chose qu’on n’aura jamais, chaque fois c’est pareil. On attaque dans le dur directement ; « J’ai beau être matinal, j’ai mal ». Col de Vars, petit renard, petit Col de la Bonette (les carbus à 2800m c’est top !). On arrive dans les Alpes Maritimes, les gens roulent à gauche, c’est pas gênant mais il faut savoir ! Petite marmotte. Une Porsche essaie de tuer notre ouvreur, l’ER6 fait des traces de pneu, Col de la Couillole, Col de Valberg, on arrive à Guillaumes, trop tôt pour aller au gîte, on part sur Entrevaux faire les courses et se manger au bord du Var. Le paysage des Gorges de Daluis fait penser à Disneyland. On repasse à dnalyensid, on arrive au gîte, méca sur la 990adventure (elle doit être en wheeling pour faire le niveau d’eau…).

Graissage de chaîne de type autrichien !

Piscine, apéro, pizzas maison. [Passage censuré sur la soirée à 12g par phalanges pour certains]. (on a les photos et les vidéos en stock, visible sur nos téléphones si tu nous croises…)

Mardi réveil difficile on raconte la soirée à ceux qui ont été absents en étant quand même là ! « Hier soir on était pas nombreux mais on était pleins » ©Slobodan Diantalvic. Au bout de 3 virages la 990 et la 765 disparaissent des rétros. Col de Valberg, Col de Couillole et à Roure on bifurque direction Nice. Du coup la fin du trajet est naze et la ville aussi ! Il fait chaud, la mer est photoshopée, le serveur du Bureau est zarbi… On pique quand même une tête dans l’eau bleue à côté d’un couple entrain d’effectuer un handjob de bon aloi.

Nota, c’est le même sable qu’au Havre… On remonte la route nulle et on reprend la RGA à Gilette. On s’arrête entre deux graviers à Roquestron où on retrouve Rody qui tient à rouler 1h avec nous après ses 10h de route pour nous rejoindre. On part, et hop re-pause ! Fireman se fait un tout droit en essayant de couper PingouiN en deux alors qu’il fallait tourner à droite… Le bonhomme va bien, l’écope droite de l’ER6 est frottée et le guidon un peu tordu…

Moins d’un quart d’heure sur la béquille, c’est même pas une panne ! On continue la boucle pour remonter à Saint Martin d’Entraunes, à dnalyenid on s’arrête s’équiper pluie. Ca fait plusieurs kilomètres que la route est trempée, on commence à se prendre des gouttes et on voit de la pluie toute proche ! Finalement rien. Petit lapin, lessive (c’est important pour la suite), apéro, fajitas.

Mercredi, jour off.

Jeudi, nan ça va, allez, recrache pas ta bière ! Mercredi, on a passé une grosse nuit, on attend que la pluie cesse, on repasse à Disney, courses, on te tente un pique nique et on trace un trajet à l’arrache. On a une chance de ouf niveau de la météo, on a pas mal de routes mouillées mais pas de pluie ! On s’est posé au bord du Verdon au le lac de Castillon, rayon de soleil !

On arsouille sur une grosse nationale, on traverse Colmars (c’est beau), on entame le Col des Champs, on a l’impression d’être en rallye routier, cailloux, épingles mouillées, route étroite… Cependant la route n’est pas fermée et on croise des engins de chantier. Pause au col. C’est beau.

On descend, on rererereretourne à disneyland pour faire le plein, on rentre. Au tour du Fazer d’être ausculté, une fiche du connecteur de régulateur a cramé, on cherche un peu plus, la conclusion est que le stator est entrain de mourir. La #*$@!!! de moto tiendra-t-elle sur les 3 jours qu’il lui reste ?

Quessadilas, toutouille, linge pas sec, dodo. Demain on se lève tôt pour se rapprocher de La Bathie car vendredi on devra y être le plus tôt possible pour monter des gommes neuves sur l’er6.

le retour du Jeudi. On se lève tôt, on doit enquiller de la borne, comme Élisabeth. Mission enchainer les kilomètres sans dépasser 4 ou 5000tr/m avec le Fazer et gérer les pneus de l’ER6 (en gros ils deviennent lisses de partout et la météo paraît incertaine). Question, comment transporter le linge mouillé !? Bah quoi 36h et c’est pas sec… (ça finira dans des sachets sur les crash-cages de la 990) 11 cols à passer. C’est férié, on fait les courses au Proxi de Guillaumes (aïe). C’est parti ! On fait le plein à Guillestre, gorges de la Guil (c’est toujours sympa), test de franchissement involontaire pour la 990, le gaillard roule sur une grosse pierre lors d’un dépassement. On checke la roue avant, ça n’a pas l’air pire. On s’équipe pluie au Col du Lautaret, on monte le col du Galibier, pluie par intermittence dans la descente. On cherche un spot de bivouac, un second, Rémi et G1tox en cherchent un troisième pendant que le reste de la troupe cherche et mèche la crevaison du pneu arrière de la Dayto.

Finalement on se dit qu’une vraie douche ne nous ferait pas de mal, on file au camping de Saint Remy sur Maurienne.

Sont pas beaux nos slips !?

On étend le linge entre les tentes et entre les motos… Peut être sera-t-il sec d’ici la fin du RT… Apéro, on a pas assez de bouffe, il est tard c’est (encore) férié et après ces 380km, Cuistot et Fireman partent en CB et 990 chercher des pizzas à 22h, pendant ce temps les autres essayent de colmater la fuite de la Dayto en faisant les pâtes bolo en parallèle (faut pas se mélanger les pinceaux).

Oui, c’est un bout du sachet des pâtes

Les pizzaiolos reviennent, les pizzas ne sont pas trop tassées d’un côté de la boîte. On mange, dodo.

Vendredi, le but est de faire changer les pneus de l’er6, peut être un pneu de 990 et peut être de réparer ou changer une gomme ou deux de Dayto, puis, de viser Thonon pour faire une photo de touristes au cas où il y ait un poteau ou panneau de la RGA. On vise un départ tôt, raté. On doit être au plus tôt au magasin de pneus… Montée du Col de la Madeleine derrière un couple sur une F800R, c’est cool d’avoir un local devant. Descente en face de certains qui pensent que la route est à eux… On a travaillé nos évitements ! Du coup, nota, la réserve d’un CB1000R tient toute la traversée du col de la Madeleine, pas celle d’une 990Adventure ! Le mec craque à 5m du buffet (Marie-George). Remplissage d’une bouteille d’eau à la pompe, 990 en Y pour partir faire le plein une fois la bouteille vidée dans un de ses trop nombreux réservoirs. On se retrouve chez Moto Expert à La Bathie.

Très bon accueil ! Ils prennent l’ER6 alors que Fireman est arrivé un peu en retard. Ils nous conseillent de manger chez Station Châtel à Albertville (très bonne adresse !). Rody doit être chez Moto Expert à 14h… Heure à laquelle il paye au resto à 15 minutes de route du garage. Prise en charge rapide. Ils sont vraiment sympa ! 15h, on décide de ne pas aller jusqu’à Thonon car on a prévu de remonter dormir dans les montagnes. On longe la nationale Albertville-Ugine par les petites routes et on reprend la RGA à Flumet après avoir longé l’Arly. La montée du Col des Aravis consistera à doubler des 125 qui essayent de doubler des camions qui essayent de doubler des vélos, le tout avec autant de monde en face. Le Col de la Colombière se fera au cul de plusieurs 3 roues étranges. On quitte la RGA à Taninges pour se diriger vers notre potentiel lieu de campement. Arrivés au début du chemin qui paraissait cool pour aller chercher un bivouac on tombe sur une rivière que seule la 990 pourrait passer (même pas son pilote). Changement d’hypothèse, on longe le lac par la route. Il est protégé, on ne peut pas y dormir. On prend un chemin, on est plusieurs à trouver louche de se rapprocher du lac protégé… Raté. Demi tour. Cuistot et G1tox partent en éclaireurs. Il y a un spot, 1km de montée dans les cailloux pour y accéder.

L’endroit est cool, le ruisseau est FROID !

On monte le campement à côté des vaches, on part chasser du bois, on abandonne peu à peu l’idée de rentrer avec du linge sec.
Apéro et risotto au chorizo à la popote. Création de popcorn à coup de Dayto à 23h et hop, à demain.

Samedi, on décide de ne pas faire de détours pour raccompagner le PingouiN sur sa banquise. L’animal nous fait quand même passer par un offroad (à la demande de certains) et se déleste d’un sac et de sa tente. On mange chez Paradisio Pizza, Alex part à Dijon par autoroute, PingouiN chez lui et le reste de la troupe enquille l’autoroute jusqu’à Etang sur Arroux. En manque de planche à découper, les plaques ayant servi jusque là à caler les motos feront office !

Dimanche ; La veille, aux vues des prévisions noires sur la route, on se chauffe pour prendre les petites routes.
Morning routine, dernier réveil en tente, dernier muesli degueuli pour le Cuistot et dernier café chaussette.
On part à 9h30 pour 9h… On change pas un Rody qui gagne.
Plus de 2 heures de Morvan jusqu’à Vézelay et le Cuistot, ouvreur, nous a fait de la perte d’arrière en virage gravillonneux. Suivi de la D606 sur une grosse partie.
On fera le plein à Champs sur Yonne ou on croisera de la caisse ! 2 tang et 1 cat. Des mecs, comme nous.. des mécanos avertis mais de la team tréteaux. On a discuté et on s’est bien marré.

Pause BK à Auxerre, juste après un double wheeling devant la racaille locale (tout pour le spectacle).
Après avoir changé 15fois de place et laissé s’envoler la moitié de nos plateaux… On décolle.
Une route monotone jusqu’à Montereau-Fault-Yonne ou l’on se bisera la fesse comme au revoir. Chacun finissant sa route tout seul ou presque.

Merci aux traceurs, aux ouvreurs, au cuistot et ses commis.

Comme d’hab, on te met les traces : la RGA selon HR (les aménagements dus aux cols fermés, à l’attente du retardataire, la météo, les changements de pneus…) et la boucle du jour off au cas où. On ne met pas le bivouac du samedi soir ni l’autoroute, si tu les veux, tu dis, on te les donne !

*RGA : (n.f.) Route des Grandes Alpes

Riders :
Rémi : CB1000R (neuve, pas encore 100000km)
G1tox : 990 Adventure R
Fireman : ER6
Cuistot : 765
Rody : Dayto
PingouiN : FSZ1000Fazer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.